AEP05 Vlad – D’ rmx

AEP05 Vlad – D’ rmx

Format: Black Vinyl, CD
Release date: 2005
Limited to 400 copies
Art(?)work : Sylvain Fogato
Photos : Sylvain Fogato & Marion Lagrange 
Mastering: Yann de Keroullas

After his debut on Warp with “Motion Institut ep”. V.L.A.D. come back with a new EP : ” D’ “. V.L.A.D.’s sound is a crisp stripped down electronic groove full of Electronic/Hip-Hop/R&B/Electro-booty and Video games influences. ” D” ” is a mixture between deep warm bassline (Transcom_t.v), crunchy breaks (Oil Rig) and twisted melodies(A•bug). It also contains a killing booty tune (8 bit bull) like Dj Maximus playing to Bomberman, perfect for low-riding…

REVIEWS

DE:BUG
Es gab nämlich schon mal, das dürften ca. 99% unserer Leser nicht wissen, eine V.L.A.D. CD auf Angström. Die war – na was wohl? – groß. Hier kommen Remixe von Domo_kun, Teamtendo, Spek, Groupris, Tellemake und B.Alon, alles verkannte Genies, und die benehmen sich auch so. Flausiges der digital knuffig bretternden Art. Und mit sehr viel wildem Trümmerhaufenappeal und Lofitrash neben bestsortiertem digitalem Gemüseladen. Eine Platte für alle, die es lieben, wenn jedes Stück klingt als könnte man mit ihm auf eine Weltreise durch den digitalen Alltag gehen und würde dabei zumindest eins haben: das Wissen, dass einem alle anderen erst in ein paar Jahren hinterherlaufen.
bleed •••••

http://www.angryape.com/
Welcome return to the French Angstrom label from V.L.A.D after releases on labels such as Warp (Motion Institute) and Laboratory Instinct (Emo-Droidz). A vinyl only release, D’rmxs, as you probably can tell from the title, offers up six reworks of original V.L.A.D tracks from fellow French artists such as Domo_kun, Teamtendo, Tellemake and Groupgris amongst others.
Spek add some warm deep dubby basslines and gritty electro beats to “Transcom tv carte blanche”, Teamtendo serves up a quite brutal analogue assault on the “WEMISSYOUWHENYOUDON’TLIKEMUSIC” remix, which could well be the soundtrack to a future arcade game with its harsh relentless 8bit chopped beats.
Groupgris completely deconstruct “Salkaida”, which starts off sounding like a fleet of androids communicating in binary language while Brian Eno composes in the background, before well produced crunchy breaks drop in and continue the flow. B.alone stick the closest to V.L.A.D’s trademark intricate warm melodies on their remix of “Transcom, archetype” which for its relatively short 2.55 minute duration, adds some muted piano over sweeping ambient sounds.
All in all a nice set of remixes, one which will no doubt please many electronic music fans, but with such a prestigious and promising artist like V.L.A.D, sometimes its best to let the original musical pieces speak for themselves.
Steve Lucas

http://igloomag.com/
Following V.L.A.D.’s D’ EP, Angström Records release a second 12” EP of reworks from a range of stylistically diverse French producers.
Domo_kun’s opening remix takes metallic hip-hop beats and electronically mangles them into flowing computerised breakbeats and on to deep crackling sub-bass tones. Teamtendo’s mutilation of “8 Bit Bull” is an intense distorted onslaught of fuzzy beats and static mayhem. In contrast, Spek’s “Transcom TV” remix with its gently undulating bass, crunchy beats and floating ambience provides the perfect counterbalance to the aural battering Teamtendo administer. Both Groupgris and Tellemake rework “Alkaida,” both opting for a futuristic theme, the first is full-on with electronically twisted vocals adding a slightly demonic twist while the latter adopts a darker, more apocalyptic mechanical approach. Closing the EP is B.alone’s beautifully fragile piano rendition of “Transcom TV” that provides the perfect closing soundtrack to the EP.
The D’Rmxs EP delivers a varied collection of remixes to suit most tastes. The best of the bunch are produced by Domo_kun and Groupgris respectively. However, if a noisy adrenalin rush is more your style, go for the Teamtendo deconstruction instead. The B.alone remake of “Transcom TV” also deserves special recognition for its stark vulnerability.
Paul Lloyd

http://www.textura.org/
In addition to releases on Warp (Motion Institut) and Laboratory Instinct (Xiringuitos Perdido, Emo-Droidz), V.L.A.D.’s particular brand of 8-bit electronica also has appeared on the French label Angstrom, with his EP D’ now complemented by the vinyl-only D’rmxs EP. Five of the contributors’ pieces are dense, loud, and claustrophobic with the sixth an anomalously placid coda. On the A side, Domo_Kun smothers the metallic hip-hop of “Last night VLAD’s track break my Mac” with a mass of voices and arcade-electro clatter, Teamtendo’s “8bitbullWEMISSYOUWHENYOUDON’TLIKEMUSIC” takes V.L.A.D. for an unhinged, grinding breakcore ride, and Spek’s “Transcom_tv carte blanche mix ” opens like a music box on speed before settling into a less frenetic array of squirrelly electronics, warm bass lines, and crunchy beats. Flip the disc over for the throbbing, jittery electronica of Groupgris’s “Salkaïda” and Tellemake’s crushing hip-hop throwdown “Tellekaïda” and then lower your heart rate with B.alone’s “Transcom, archetype,” an Eno-styled moog and piano outro. Interesting? Definitely. Pleasurable? Uh-huh, if your taste leans towards fractured, mangled arcade-electro.

http://www.infratunes.com/
Après un nouvel opus en demi-teinte sorti cette année sur Laboratory Instinct (Emo Droidz), V.L.A.D. fait de nouveau parler de lui, Angström Rec. ayant donné carte blanche à six artistes pour une relecture du D’ sorti en 2002 sur leur structure. Si le travail de remix reste un exercice périlleux et souvent casse-gueule, le résultat est cependant ici des plus intéressants : l’univers personnel de V.L.A.D. est remis entre les mains de quelques talentueux laborantins bien décidés à redessiner le tableau à leur convenance, à télescoper d’audacieux et complexes schémas sonores d’où émergeront de nouvelles entités indépendantes de l’originale.
On retrouve quelques activistes bien connus de cette scène électronique, Groupgris et Teamtendo en tête, accompagnés d’artistes en attente d’une plus large reconnaissance : Tellemake, autre représentant de Angström, Domo_kun, aka Laurent Guérel journaliste de Trax, auteur d’un premier maxi sur Index en 2003, Spek ou B. alone, multi instrumentiste adepte de mélodies intimistes … autant de visions différentes et d’apports radicaux métamorphosant les originaux.
Des méandres d’une electronica ambiante riche en mouvements et alternances (Transcom tv carte blanche) aux sons industriels froids drapés de sourdes nappes (Tellekaida) jusqu’au ravageur WEMISSYOUWHENYOUDON’TLIKEMUSIC, les remixeurs se sont fait plaisir, usant de leur carte blanche sans retenue, refusant les apports faciles limités à trois bleeps et deux glitchs. Last night Vlad’s track break my mac ou Salkaida témoignent de par leurs références (hip hop, breakbeat, IDM, electronica …) de cet éclectisme luxuriant et de ce refus du travail de remix comme un vulgaire copier-coller sans âme : ici règne en maître l’accident électronique et la fureur digitale au même titre que l’autisme numérique. B. alone ferme la marche, laissant derrière lui cette impression d’avoir extrait la substantifique moelle du Transcom TV originel pour n’en garder que quelques notes, lentement égrenées par un piano lointain et ponctuées de quelques bleeps.
Six pistes, six chemins différents permettant d’arpenter les terres fertiles de l’électronique et ainsi d’y découvrir de nouveaux horizons, en oscillant avec le même plaisir affirmé du géniteur aux cloneurs adeptes de la mutation génique sans limite… Délicieusement déconcertant !
Oropher

http://www.eraser-head.com/
Profitant de la sortie du dernier LP du français V.L.A.D., Emo Droidz chez Laboratory Instinct, le label toulousain Angström propose de remettre au goût du jour un de ses EP paru en 2002 à travers 6 remixes surprenant de diversité. Les artistes du label s’en sont donnés à cœur joie pour concocter ces pistes pleines de considération et de respect pour cet ancien warpien en mêlant tour à tour déraillement de beat boxes, décrassage de claviers et déboulonnage de Macintosh. Tout un programme.
On peut gloser abondamment sur les motivations et l’intérêt de faire un album de remixes. Vachards, on se dit que l’artiste en question utilise ce palliatif pour faire parler de lui entre deux albums ou faire patienter son public chéri avec quelques fonds de tiroirs ou qu’il manque de thunes. Si les remixes sont réussis on préfèrera alors le taxer de mégalomanie. Mais remixer, c’est un peu comme porter un bouquin sur les grands écrans, le passer au crible de sa propre sensibilité tout en restant attaché à l’essentiel du livre. Remixer les « grands » c’est aussi utile pour se faire connaître. Ainsi des gens talentueux ont pu soit se créer un public soit l’élargir en proposant leur vision savoureuse d’une piste. On pense à Plaid, Royksopp, John McEntire de Tortoise, Nellee Hooper de Mass. A., ou à Deep Dish pour les gens doués ou aux raclures de fonds de chiottes tels que Benni Benassi, Guetta ou le vilain nain chauve agoraphobe et craintif que l’on ne nommera pas, évitant ainsi de se faire mal aux yeux.
V.L.A.D. n’a évidemment rien à voir avec ces gens-là. Des bidouilleurs de laptops et autres gameboys se sont simplement réunis pour ce D’Rmxs, créant ainsi la version remixée de son D’ EP précédent (2002 – Angstrom). A l’écoute des 6 titres on a du mal à croire que les originaux sont issus du même homme tant les réinterprétations sont différentes les unes par rapport autres. C’est peut-être aussi ça la force d’une galette de remixes. Le contraste le plus saisissant est sans doute le WEMISSYOUWHENYOUDON’TLIKEMUSIC revu par Teamtendo (gameboy hardcore, bits tapageurs, sons hyper saturés) juxtaposé au Transcom TV carte blanche de Spek (bruits de rouages mécaniques synthétiques, cordes de guitare ou de violon broyées plus rapides qu’un Spirit Fingers de Four Tet, puis ambiance drum’n’bass particulièrement calme et sereine). Il y a aussi les beats de Demo_Kun, Groupgris et Tellemake que les fans de Squarepusher apprécieront certainement (surtout Salkaïda de Groupgris). Pis encore la version de Transcom, archetype par B.alone au sein duquel claviers aériens et pitchs étirés se disputent la clôture douce et mélodique du vinyle, à qui meut mieux (cf. aussi DJ Spooky – Claude Debussy).
Si la mission que se fixe un remixeur est de donner envie à l’auditeur de connaître son remixé, le but est complètement atteint sur D’ Rmxs. Si la mission que se fixe un remixeur est d’impressionner son remixé à travers la refonte et la restructuration de ses pistes, V.L.A.D. pourra se féliciter d’avoir inspiré ces six artistes et rougira de leurs remixes.

http://www.etherreal.com/
Après divers EPs et mini-albums, V.L.A.D. passe logiquement à la moulinette du remix. C’est ici son EP D’ précédemment paru chez Angström Records qui est revisité par d’autres bidouilleurs.
Étonnamment on trouvera ce disque meilleur que les productions du jeune français. Disons que les artistes qui se sont emparés du projet se détachent généralement de ces sonorités de jeux vidéo, y compris les Teamtendo, connus pour leur son 8 bits, ici largement saturé pour un résultat plus rock’n roll. On retrouve un peu le son d’origine chez Domo_kun, mais l’aspect ludique et déjanté de V.L.A.D. est ici un peu retenu avec un tempo plus posé, un groove lancinant fort plaisant ponctué de quelques voix et bruitages, avant d’aborder un final aux breakbeats feutrés. Original.
On ne connaissait pas Spek et c’est bien dommage car cet artiste propose un vrai nouveau morceau avec une intro plutôt abstraite aux bruitages métalliques, incisifs, fracturés, aux basses profondes avant de partir vers une electronica mélodique aux micro-bruitages rythmiques soulignant une mélodie aérienne, impalpable et lumineuse. Pas vraiment amateur de Groupgris, on est pourtant séduit par leur reprise de Alkaida avec une rythmique carrée, efficace, sur laquelle explose une multitude de bleeps, chuintements, bruits électroniques et une petite voix prisonnière des machines. Dansant, expérimental, avec une pointe d’humour.
On aborde le dernier tiers de cet album avec Tellemake et, comme on pouvait s’y attendre, un travail d’orfèvre sur des bruitages rythmiques granuleux et une mélodie menaçante, pointant le bout de son nez sans jamais apparaître complètement, prisonnière des bruitages, filtrée, métallique. On n’est pas très loin des dernières production d’Autechre, la sensibilité en plus. Pour finir, encore une découverte et surtout la plus grosse surprise de ce disque avec B.alone qui nous offre une version ambient et contemplative de Transcom TV avec un solo de piano sur des nappes et sifflements de Moog. Impressionnant.
S’il est vrai que le travail de remix n’est pas facile et que ce genre de compilation est souvent décevant, force est de constater que si les artistes sont bien choisis on peut obtenir un résultat qui tient la route. On en a ici l’exemple parfait.

http://www.autresdirections.net/
Faisant suite à D’Ep, maxi datant de 2002, le label toulousain Angström propose D’Rmxs Ep, un single vinyle de remixes abrasifs et efficaces où six artistes (électroniques et français) pas communs se font une joie d’exploser la musique de V.L.A.D.
Domo_Kun déroute en ouverture avec une relecture titubante et métallique de la musique de V.L.A.D. en deux parties, prenant la forme d’abord d’un hip-hop barré puis d’une electronica incisive. Teamtendo se révèle aussi efficace qu’à l’accoutumée, avec sa ritournelle 8 bits précipitée aux breaks terriblement rock’n roll, alors que Spek emmène la musique de V.L.A.D. vers les espaces vierges et colorés aux réminiscences de Boards Of Canada, bien que moins sensuels. Groupgris provoque des remous avec son remix épileptique entre breakbeats et rebondissements constants, Tellemake ne fait pas dans la dentelle non plus avec sa recomposition maladive. Seul B.alone, en fin de course, calme tous les participants avec sa vision analogique de Transcom TV. Dans un univers sans lieu ni date, ses moog et piano ouvrent des trappes sous nos pieds et nous font glisser dans un éther cosmique. Beau !
Stephane